Abadona

Avy amin'i Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
I Apoliona miady amin'ny Kristiana

Ny anarana hoe Abadôna dia avy amin'ny teny hebreo hoe אבדון / Avaddon na Abaddon izay midika hoe "fadravana", "fanimbana" na "hantsana". Ny teny grika nohagasina mifandraika aminy dia ny hoe Apôliôna (grika: Ἀπολλύων / Apollýōn) izay midika hoe "mpandrava", "mpanimba". Io anarana io dia ampiasaina ho anarantsamirery mba hanondroana ny anjely mpandringana ao amin'ny hantsana lalina voalaza ao amin'ny Bokin'ny Apokalipsy, na ao amin'ny Salamo hiantsoana ny fanjakan'ny maty.

Lahatsoratra[hanova | hanova ny fango]

"Ary manana ny anjelin' ny lavaka tsy hita noanoa ho mpanjakany izy; ny anarany amin' ny teny Hebreo dia Abadona, fa amin' ny teny Grika kosa dia Apolyona no anarany." (Apok. 9.11, Ny Baiboly)

"Ny mpanjaka filohan' izy ireo, dia anjelin' ny lavaka tsy hita noanoa, izay atao hoe Abadona amin' ny teny hebrio, ary Apoliona amin' ny teny greka." (Apok. 9.11, Ny Baiboly Masina)

"Nanana mpanjaka izy ireo, dia ny anjelin’ny lavaka mangitsokitsoka: Abadona no anarany amin’ny teny hebreo, fa Apolyona kosa amin’ny teny grika." (Apok. 9.11, Ny Soratra Masina - Fandikan-Tenin'ny Tontolo Vaovao).

Fivoasana[hanova | hanova ny fango]

Fivoasan'ny Vavolombelon'i Jehovah[hanova | hanova ny fango]

Amin'ny Vavolombelon'i Jehovah, i Abadona na i Apolyona dia indraindray i Satana[1], indraindray i Jehovah[2] ary indraindray dia i Jesosy[3].

Loharano sy fanamarihana[hanova | hanova ny fango]

  1. "Elles ont leur roi, l'ange de l'abîme. - Ce roi est celui qui règne en maître actuellement d'une manière générales sur tout le domaine ecclésiastique du présent monde mauvais; cet ange de l'abîme est "le prince de la puissance de l'air". - Eph. 2:2. Nommé en hébreu Abaddon. - C'est-à-dire "un mauvais", appellation bien mérité. - 2 Cor. 4:4. Et en grec Apollyon. Ce terme veut dire "destructeur", il désigne purement et simplement Satan, le diable" (Le Mystère Accompli, 1917, pp.179-180)
  2. "En effet, au verset 11 de ce même chapitre 9 de l'Apocalypse, nous lisons le passage suivant, relatif aux sauterelles: "Elles avaient sur elles comme roi l'ange de l'abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Appollyon." [...]Le nom propre "Abaddon" est dérivé du vocable hébraïque "abad" - et il s'applique à Jéhovah, qui est seul à posséder "le pouvoir de sauver ou d'anéantir". Or, Jéhovah anéantit ceux qui le haïssent. (Deut. 7:10) Nombre de passage des Ecritures attribuent cette dénomination hébraïque à Jéhovah, lorsqu'il s'agit d'exprimer son pouvoir de destruction ou d'anéantissement [...] Le mot grec "Apollyon", employé en cet endroit par Jean le Révélateur, signifie le "destructeur" et il est appliqué, en maints endroits de l'Ancien et le Nouveau Testament, à Jéhovah, qui est appelé "Le Destructeur". (Matth. 10:28; 21:41; Jude 5) Si quelque doute subsiste à cet égard, qu'on se réfère au témoignage de l'apôtre Jacques, qui fixe ce point en ces termes: "Il y a un seul législateur, qui peut sauver et détruire. [en grec : apollymi] Toi, qui es-tu, qui juges les autres?" (Jacques 4:12) De tout le poids de leur autorité transcendante, les Ecritures, aussi bien le Nouveau que l'Ancien Testament, attribuent ces épithètes à Jéhovah. Or, Christ Jésus, en sa qualité d'exécuteur des volontés de son Père, puisque l'Eternel lui a conféré toute puissance au ciel et sur la terre et puisque, par voie de conséquence, lui, Jésus, partage avec Jéhovah ce pouvoir de destruction, on peut lui appliquer, également et à juste titre, les qualificatifs d'Abaddon et d'Apollyon. (Nombres 24:17-29; Marc 1:24; Luc 4:34) La seule conclusion raisonnable qui puisse être tirée de tout ce qui précède, est celle-ci: Jésus, le Roi glorieux, équipé pour la bataille et possédant la clef du gouffre abyssal, est le "roi" dont l'autorité s'exerce sur les "sauterelles", les "sauterelles" étant, selon l'interprétation qui s'impose définitivement, les membres de l'organisation divine. Et puisque le jour est venu de la vengeance que doit exercer le Seigneur contre l'oeuvre de l'Adversaire, il est normal que Jéhovah assume le rôle de "destructeur", autrement dit: d' "Abaddon ou d'Apollyon" ("devant notre Dieu brûle un feu dévorant"), et ces dénominations lui sont particulièrement applicables en ce temps où son Royaume est annoncé. (Hébreux 12:29) D'autre part, son Fils bien-aimé, notre Roi, a droit aux mêmes épithètes, qui se trouveront être parfaitement de circonstance "au jour du Seigneur", lequel jour a commencé en 1914 pour continuer après cette date." (Lumière, 1930, vol 1, pp. 161, 162, 163)
  3. "Les sauterelles symboliques doivent suivre leur Roi, Jésus-Christ. Jean écrit à ce propos: "Elles ont sur elles un roi, l'ange de l'abîme, dont le nom est en hébreu: Abaddon, et en grec il a nom: Apollyon." Jésus-Christ ressuscité et monté au ciel est l'"ange de l'abîme" car il tient "les clefs de la mort et du Hadès" [...] Jésus était hébreu et à présent, en sa qualité d'Exécuteur royal de Jéhovah, on l'appelle Abaddon, nom hébreu signifiant Destruction [...] En Grec, langue utilisée pour la rédaction des Ecritures chrétiennes inspirées, son nom est Apollyon, c'est-à-dire Destructeur. "" (La Tour de Garde, 1 Mai 1962, pp. 135 - 136)